Les bénévoles du comité de Redon ont décidé, malgré le confinement, de poursuivre les distributions de produits alimentaires dans leurs locaux.

A Redon, le Secours populaire est implanté dans le quartier prioritaire de Bellevue. Malgré les contraintes que présentent leurs locaux actuellement, la solidarité dans la ville et notamment dans ce quartier est la bienvenue.

Le comité propose, entre autres, de l’aide alimentaire, des cours d’alphabétisation et a une boutique solidaire répartie sur deux lieux dans la ville : un espace meubles et un vestiaire solidaire. A l’annonce du confinement, les bénévoles ont décidé de fermer les boutiques et de stopper l’ensemble des aides, à l’exception de l’alimentaire.

Tous les mardis après-midi et vendredi après-midi, le Secours populaire de Redon a continué d’ouvrir et a reçu des familles ayant besoin de soutien d’urgence. Les rendez-vous pris à l’avance ont été espacés afin de faire venir un minimum de personnes en même temps. Les colis alimentaires et de produits d’hygiène, préparés à l’avance, ont été distribués à l’entrée du local. L’objectif était de respecter les règles sanitaires en vigueur et les gestes barrière afin de protéger à la fois les personnes en difficulté et les bénévoles : port du masque obligatoire, 1m de distance entre chaque personne, lavage fréquent des mains, etc. L’occasion de faire de la prévention et expliquer les risques aux personnes vulnérables. Les bénévoles ont pu mettre toutes ces mesures en œuvre grâce au soutien de l’entreprise Plastique Duval qui a fourni des visières, et à Redon agglomération qui a donné gracieusement des masques et du gel hydro-alcoolique.

Le comité aide les personnes déjà inscrites auprès de l’association, mais aussi toute nouvelle personne ayant besoin d’un soutien en cette période difficile. Ainsi, les bénéficiaires de la Croix Rouge de Redon, n’ayant plus accès qu’une semaine sur deux à l’aide alimentaire pendant le confinement, ont pu venir chercher des colis de dépannage au Secours populaire. Une collaboration efficace pour ne laisser personne en souffrance alimentaire.

Pour permettre cette solidarité, le comité continue a continué ses ramasses d’invendus alimentaires auprès des enseignes habituelles. Cela a permis de proposer des nombreux produits frais ainsi que des fruits et légumes en complément des denrées d’épicerie.

Le comité a décidé, comme dans les autres structures du département, de ne pas demander de participation financière aux personnes pendant la durée du confinement. Chaque semaine, ce sont entre 35 et 40 foyers qui sont venus s’approvisionner auprès du Secours populaire de Redon.